Plans sur la comète ! (Organisation et Gestion du temps)

Entreprendre sans tout sacrifier

Entreprendre sans tout sacrifier - Zen & Organisée

 

Je me bats très souvent pour faire comprendre, dès que j’en ai l’occasion, qu’on peut :

  • aimer son travail, voire être passionné(e) par ce que l’on fait,
  • avoir besoin de s’épanouir professionnellement (comme vous probablement, comme moi)
  • être cadre, et même cadre supérieur,
  • avoir de très nombreuses responsabilités,
  • et même entreprendre,

sans pour autant devoir tout sacrifier !

En fonction de l’éducation que nous avons reçue, des modèles avec lesquels nous avons grandi et appris, de notre représentation du monde, constituée de nos croyances, qu’elles soient limitantes ou permissives, de notre expérience, de la culture managériale de son entreprise actuelle, si on est salarié, et des entreprises pour lesquelles on a déjà travaillées, nous avons intégré le fait (parfois dès le début de notre vie professionnelle) que pour honorer nos engagements, nous devons « tout donner » et « faire le maximum », quel qu’en soit le prix.

Je reste pour ma part persuadée qu’au contraire, tout n’est pas acceptable et qu’il nous appartient, à titre individuel, de nous interroger sur nos propres limites.


La question de l’équilibre chez les entrepreneurs est une question qui me passionne, d’abord parce que j’ai accompagné et accompagne de nombreuses femmes entrepreneures sur ce chemin mais aussi parce que je suis directement concernée et impactée :

Je travaille de chez moi, j’ai 3 enfants, je travaille beaucoup et j’adore ce que je fais : l’équation parfaite !

Je suis donc régulièrement confrontée à ces mêmes problématiques d’équilibre subtil à trouver ET à maintenir, et c’est un terrain d’apprentissage formidable, pour moi comme pour mes clientes !

Je pourrais en parler pendant des heures…

 

Difficile de décrocher du boulot quand on entreprend !

Les personnes qui entreprennent, à fortiori lorsqu’elles travaillent seules et encore plus lorsqu’elles travaillent de chez elles, ont plus de difficultés que les autres à « fermer la porte » de leur bureau et à passer à autre chose.

Et ce pour deux raisons :


1- Par amour pour ce qu’elles font

Elles aiment leur travail, elles l’ont choisi, elles s’y épanouissent, elles y pensent tout le temps, elles sont « habitées » par lui, plus qu’un travail, il s’agit bien d’une passion. Et une passion, par essence, ne se gère pas comme on gère son 9-17 avec pause de 3/4h le midi. Une passion se vit 24h /24, le jour, la nuit, le week-end, en vacances.

Quand on est entrepreneur, on est entrepreneur 100 % de son temps. On vit son entreprise, on la respire. On l’incarne. On la pilote non pas avec sa tête mais avec ses tripes.

 

2- Par souci de gagner suffisamment leur vie (lié à la peur de manquer)

Quand on renonce à un travail salarié qui nous apporte un cadre sécurisant et des revenus fixes, parfois très élevés, pour goûter à l’aventure et aux plaisirs de l’entrepreneuriat, on est vite tenté de compenser notre stress de ne pas gagner suffisamment d’argent pour faire vivre la famille par encore plus de boulot.

Et encore plus de boulot. Et encore plus de boulot. Jusqu’ à l’obsession.

Le risque est un étalement sans fin de son activité, et au-delà :

  • Une difficulté croissante à déconnecter, à cloisonner, à faire « autre chose » ou tout simplement à ne rien faire, une hypervigilance qui ne permet plus le ressourcement.
  • Une fatigue constante qui peut aller jusqu’à l’épuisement.
  • Une perte de la créativité, et au-delà, une perte d’envie : on perd de vue ce que l’on aimait autrefois, on ne trouve plus de plaisir à ce que l’on fait. 

Sauf que… ces risques sont d’autant plus dangereux que tout repose sur soi, et que si on ne va pas bien, notre entreprise ne peut pas bien aller !

 

Entreprendre sans tout sacrifier : sacrifier quoi, au juste ?

Pour aller plus loin, on peut commencer par s’interroger sur ce que l’on sacrifie, peut-être, aujourd’hui, ou sur ce que l’on pourrait sacrifier demain, si on ne rectifie pas le tir.

Est-ce que je sacrifie :

  • Mon sommeil ?
  • Le repos récupérateur, indispensable ?
  • Ma vie sociale ? Amicale ?
  • Le temps passé en famille, avec mes enfants ? Avec mon couple ?
  • Le temps passé à ne rien faire, à simplement « être », ou à une activité qui ne soit pas « utile » à mon entreprise ?
  • Mes soirées ? Mes week-ends ?
  • Ma tranquillité d’esprit ?
  • Mes valeurs (si je n’ose pas poser des limites et me faire respecter, par exemple) ?

 

De la même manière, je peux aussi m’interroger sur ce que j’ai envie et besoin de préserver, et je n’hésite pas à rentrer dans le détail de ce qui compte pour moi.

Bien que je sois passionné(e) et que j’aime travailler pour ma petite entreprise, je peux par exemple choisir de préserver des temps particuliers dans ma vie de famille. Il peut s’agir de :

  • Rester disponible pour emmener mes enfants à l’école, ou pour aller les chercher.
  • Préserver mon mercredi après-midi et décider de ne pas caler de rendez-vous téléphonique sur cette plage de temps.
  • Préserver mon dimanche de toute « tentation » de rattrapage de ma to-do list.

 

Ou encore de ne renoncer sous aucun prétexte à la pratique du sport qui me fait tant de bien, parce que je lui ai fait une place de choix dans mon agenda.

Il vous appartient d’identifier ce qui est nécessaire à votre équilibre, et de faire en sorte que la façon dont vous pilotez et développez votre entreprise soit compatible avec vos essentiels !

 

Choisir comment et avec qui travailler

C’est ce que j’appelle « poser le cadre » : c’est à vous de définir comment et avec qui vous avez envie de travailler.

C’est à vous de définir quelles sont les limites de ce qui est acceptable pour vous, et de ce qui ne l’est pas, ou plus.

Dans les relations que vous entretenez avec vos clients, avec vos prospects, avec vos partenaires et prestataires, savez-vous avec précision ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas, pour vous ?

C’est à vous de fixer vos règles du jeu. Ce sont vos « gardes-fous », et c’est précisément ce qui vous permettra  à la fois de tenir dans la durée, et de garder votre plaisir intact !

L’enjeu est de taille,

car sans plaisir, quel intérêt finalement à entreprendre…


Et vous, parvenez-vous à entreprendre sans tout sacrifier ? Racontez-moi !

 

femme-yoga-main-11404546

 

Les commentaires

Je crois que c’est l’une des question les plus importante. Comment concilier un travail passionnant, qui nous fait vibrer sans pour cela mettre de coté l’essentiel? C’est clairement pas évident . Pour cette raison, quand nous avons commencé notre blog, nous nous sommes mis immédiatement des règles, un cadre, ce fameux « Garde fou » dont tu parles. Un cadre que nous ne pourrions dépasser pour aucune raison.
On ne travaille jamais le Dimanche par exemple, même si la tentation est parfois aigu! :p On garde ce jour pour nous deux; l’essentiel.

Le soir, devant notre série favorite ou encore à table, hors de question de répondre aux commentaires de notre communauté Instagram. Là aussi, pire que la pomme d’ Adam. :p

Il y a quelques mois, nous avions mis en place un jeu concours. Excitation au maximum car les filles ont joué le jeu. On recevait constamment des messages privé très agréable. Quoi de plus normal; quand les notification retentissent vers 4h du mat que de répondre? Une mauvaise habitude que nous avons vite mise de côté. La nuit, on dort! Le sommeil avant tout! Facile à dire mais tellement frustrant par moment…

Mais tu le dis si bien:
« Il vous appartient d’identifier ce qui est nécessaire à votre équilibre, et de faire en sorte que la façon dont vous pilotez et développez votre entreprise soit compatible avec vos essentiels ! »

Cet essentiel est l’essence même de l’équilibre.

Merci pour cet article qui met si bien le doigt sur ce qu’on a tendance à oublier parfois trop souvent, trop vite.

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *